Les livres-jeux (en anglais : gamebook), souvent appelés « livres dont vous êtes le héros » en France, sont un genre de romans ayant pour caractéristique d’être interactifs, le déroulement de l’histoire dépendant des choix du lecteur.

Ce genre, né dans les années 1960-1970, devient célèbre en 1982 avec Le Sorcier de la Montagne de feu. Il connaît son heure de gloire dans les années 1980 et au début des années 1990 avant de sombrer dans l’oubli, les éditeurs abandonnant la réédition de ces livres dont le succès n’est plus au rendez-vous. Un léger renouveau se fait sentir à partir de 2003, lorsque l’éditeur anglais Wizard Books réédite les livres les plus connus de la série Défis fantastiques, suivi en 2007 par Gallimard en français. Dans les années 2010, des éditeurs de littérature jeunesse « classique » éditent des livres-jeux en extension de leurs collections habituelles, ce qui tendrait à banaliser ce genre littéraire.

Voici comment Wikipedia définit ce genre de littérature unique en son genre, et qui a bercé l’enfance de nombreux jeunes lecteurs avides d’aventures. Si vous ne savez pas en quoi consiste la lecture d’un tel ouvrage, voici encore un extrait de la page Wikipedia:

Les livres-jeux sont des livres dont les paragraphes sont numérotés. À la fin de la lecture d’un paragraphe, le lecteur a le choix entre plusieurs possibilités, représentant les actions du personnage qu’il incarne. Ces possibilités renvoient à d’autres paragraphes, qui développent les conséquences des choix du lecteur. Les paragraphes ne sont donc pas lus dans l’ordre des numéros, et chaque lecteur ne lira pas les mêmes paragraphes, puisqu’il ne fera pas les mêmes choix. Le livre peut donc générer « plusieurs histoires », même si dans les faits, ces livres sont souvent assez dirigistes. En effet, ils ne comportent généralement qu’une seule « bonne » fin, toutes les autres se soldant par l’échec, voire la mort, du héros.

J’ai moi même lu nombre de ces ouvrages dans mon enfance et je pensais à tort que ce genre était mort et enterré depuis bien longtemps. Quelle ne fût pas ma surprise lorsque je découvris que le genre était toujours vivant, bien que peu populaire de nos jours. On peut même retrouver certains de ces ouvrages sur mobile et tablette (certes le plus souvent en anglais uniquement, malheureusement), bien que pour ma part, je trouve que le format papier ainsi que l’utilisation d’un vrai dé pour faire ses choix, ou encore le papier et le crayon pour les caractéristiques de son personnage restent inégalés en terme d’immersion.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le genre, je vous invite à aller lire la page Wikipedia consacrée au genre du « livre-jeu ».

Et si vous souhaitez vous procurer certains de ces livres, l’éditeur Gallimard recycle, depuis 2012, son fond de catalogue avec une cinquième édition des Défis Fantastiques, dont 6 nouveautés sorties initialement entre 2005 et 2012 et publiées en grand format luxueux. On peut regretter que seulement une dizaine de volumes soient réédités quand la collection complète avoisine la soixantaine. Les quatre volumes de la vieille collection Sorcellerie bénéficient du même soin en grand format. La cinquième édition de la série Loup Solitaire reste quant à elle en format classique avec 28 épisodes sortis entre 1984 et 1998.

L’éditeur Mégara Entertainment publie lui aussi des anciennes séries disparues des radars (retour des collections Destins / La Voie du Tigre) mais plus important, des nouveautés (série originale de Joe Dever intitulée Les Survivants de l’Asphalte / série dérivée de Loup Solitaire intitulée Neige d’Automne). Cette maison d’édition basée à Cannes depuis 2007 a également une petite sœur californienne depuis 2012, Megara Entertainment LLC, qui lance des livres en anglais.

Avant de parler des adaptations sur mobile et tablette, une petite pause avec cette vidéo vous présentant certaines des collections les plus connues du genre, ainsi qu’une explication plus détaillée de la manière de jouer:

</